Nucléaire et climat : quelques arguments

( 7 minutes de lecture)

Pour des questions de justice climatique, nous cherchons à réduire nos émissions de gaz à effet de serre. Ainsi, assez rapidement vient sur la table la question des technologies qui vont venir participer à cette transition. Avec un mélange de spécificité du mix énergétique français et de discours de certains penseurs influents (nous y reviendrons) la question qui fâche arrive vite : le nucléaire va-t-il nous sauver de tout ça ?

Rappelons que poser cette question c’est déjà avoir une entrée très partielle de la question énergétique, en se focalisant sur la source d’énergie, alors qu’il y a surtout des questions d’utilisation et de répartition. Mais le sujet est tout de même intéressant, car si on imagine avoir une source d’énergie sans impact, alors cela libère d’un gros poids : la conversion dans les transports devient évidente (tous à l’électrique !), il nous suffit de développer massivement le chauffage électrique dans les logements, … Disons-le : si le nucléaire était vraiment une solution qui « réglait la question du climat« , tous les écologistes seraient « pour ». Il y a donc de nombreux arguments rationnels au fait de ne pas faire reposer la transition écologique sur cette technologie.

Le dogmatisme des écolos anti-nucléaires d’une part et des pro-nucléaires d’autre part pose un vrai problème :

  • Avec la montée de la question environnementale dans le débat public, la position « naturellement anti-nucléaire » des écologistes doit être étayée au risque de devenir une fragilité. Le revirement de certaines personnalités comme François De Rugy (d’abord contre puis pour) sur cette question entretient l’idée d’un angle mort de notre raisonnement.
  • Les jeunes générations de militants et militantes se questionnent sur cette technologie. Beaucoup ont une entrée très « climatique » dans les luttes environnementales, ce qui pourrait les pousser à avoir des positions plus mesurées par rapport au nucléaire, voire le soutenir. C’est une vraie tendance qui prend de l’ampleur.

Je vais essayer ici de vous faire part de quelques arguments anti-nucléaires qui me parlent. Ce ne sont pas forcément les meilleurs d’un point de vue technique, mais plutôt ceux que l’on entend un peu moins dans le débat public et qui pourtant sont importants1.

Du succès de Jean-Marc Jancovici

Pour un écologiste qui se pose la question du nucléaire, on arrive rapidement sur le personnage de Jean-Marc Jancovici. Cela fait plusieurs années qu’il fait des conférences sur les questions climatiques, mais depuis quelques temps il est devenu un véritable phénomène de société. Pour vous en convaincre, vous pouvez aller lire les deux articles de Clément Jeanneau sur le site Signaux faible : Regard sur le phénomène Jean-Marc Jacovici.

« Jancovici » fait un extraordinaire travail de vulgarisation. Ses conférences permettent pour toute une frange de la population de comprendre la dimension systémique des transformations écologiques nécessaires de la société. On le voit bien avec la 5G, où ses interventions sont plébiscitées par celles et ceux qui cherchent une critique de la course au numérique. Son discours liant les enjeux énergétiques et notre modèle économique est une excellente démonstration que l’écologie n’est pas qu’un enjeu sectoriel (« décarboner » les transports, l’agriculture, …) mais bien un changement de société.

Depuis quelques temps, il a eu tendance à de plus en plus polariser le débat autour de sa personne car son attitude parfois condescendante y invite, mais surtout parce qu’il est arrivé avec une proposition nouvelle : un discours de décroissance qui accepte la technologie du nucléaire. Le nucléaire est un outil qu’il mobilise comme un « amortisseur de la décroissance ». Ce concept d’amortisseur est une brillante idée : il est simple à comprendre, il a un nom original, bref on le retient facilement … et il a du sens ! Jancovici ne fait pas que ‘défendre le nucléaire’, il montre un chemin des possibles, réellement écologiste et radical avec cette technologie.

De la mise à jours de nos scénarios

A cette étape, il conviendra de signaler aux personnes très convaincues par son discours, que malgré toutes ses courbes et sources, il contient un grand nombre d’inexactitudes sur les énergies renouvelables. L’écologiste Paul Neau par exemple va souvent pointer ces limites.

Il faut tout de même qu’on se rassure : nous, « écologistes qui voulons nous passer du nucléaire », avons des propositions à faire pour une économie décarbonée et sans nucléaire. Notre réponse habituelle c’est : l’alternative existe elle s’appelle « Négawatt ». Négawatt est un scénario de transition énergétique qui montre la voie énergétique que nombre d’écologistes souhaitent suivre. Là encore, point de dogmatisme : certains ‘paris prospectifs’ de Négawatt se sont révélés quelque peu remis en cause, comme la méthanisation. Un travail de vérification semble nécessaire à un moment où la méthanisation pose beaucoup de question.

Pour convaincre que le nucléaire est un « moindre mal certes, mais que nous refusons », il faut expliquer quel autre « moindre mal » nous préférons. Car toute activité humaine pollue, il s’agit donc de savoir laquelle nous jugeons la plus pertinente. Il en va d’un équilibre entre la réponse à nos besoins et les limites de notre planète. 2

Avec toutes les démonstrations de Jancovici et l’affirmation d’un nucléaire décarboné, pourquoi continuer à être contre ?

Voici donc quelques pistes argumentatives qui, je vous l’ai dit, n’ont pas vocation à être exhaustives, mais plutôt à montrer qu’il n’y a pas que l’enjeu des déchets ou de la dangerosité derrière ce refus du nucléaire.

  • International : L’énergie nucléaire nécessite une industrie très lourde et centralisée (donc démocratiquement questionnable) qu’il est impossible de faire advenir dans beaucoup de pays. Sauf à ‘faire développer’ tous les pays sur le modèle français, ce qui est contraire à l’idée même de la décroissance3 et au projet écologiste qui souhaite repartir du local et de ses ressources.
  • Universalisme : Une fois admis que le nucléaire est au mieux une solution uniquement française, il faut insister sur le besoin de reconstruire un mouvement militant international pour l’écologie où la France doit utiliser sa force de frappe pour donner l’exemple. Pas question d’une ‘décarbonation à deux vitesses’, nous devons mobiliser notre appareil productif pour développer des solutions applicables partout dans le monde !
  • La fausse proposition : Si l’idée d’un changement de société prenant en compte le nucléaire est intéressante, c’est une option qui n’existe pas. L’industrie nucléaire c’est aussi de puissants lobbies qui détruisent les normes environnementales 4. L’écologie est un argument qui arrive tard dans le discours nucléaire, sauf pour notre ovni Jancovici qui est un excellent ingénieur, mais qui n’est ni politologue ni économiste : il envisage le changement à partir de tableurs excel et pas à partir de dynamiques humaines.
  • Le nucléaire entretient un monde qui n’est pas le nôtre : si on admet qu’il nous faut penser autre chose qu’une organisation capitaliste de notre économie et entrer en post-croissance ou en décroissance, une économie qui sort de la domination de certains pays sur d’autres, je doute que l’industrie nucléaire y ait sa place. Car, « révélation » : on n’a pas encore trouvé de mines d’uranium rentables par chez nous. C’est d’ailleurs un grand mensonge du « nucléaire qui permet l’indépendance française », nous ne sommes pas plus indépendants avec nos importations d’uranium que nous ne le sommes avec des importations de gaz russe ou de pétrole qatari. Et comme on ne peut défendre une technologie et une industrie sans se demander ce qu’elle implique en terme d’organisation économique et sociale, nous ne pouvons intégrer cette ‘solution technique’ comme ‘solution à nos problèmes’. L’écologie sans lutte des classes, c’est du jardinage.
  • Le tropisme du carbone et notre véritable projet : cette question du nucléaire n’est pas juste celle d’une technologie. Pour beaucoup d’écologistes, derrière la question du nucléaire se pose la question de ‘techno-solutionnisme’ à l’enjeu écologique. A coup d’hydrogène nucléaire et de voiture électrique, les tenants de « la solution est technologique, ne changez pas vos vies braves gens » reviennent à la charge en résolvant le seul problème écologique qui a trouvé grâce à leurs yeux : les émissions de gaz à effet de serre. A entendre les discours de ces écologistes improvisés, René Dumont doit se retourner dans sa tombe, car l’écologie politique s’est construite sur beaucoup d’autres enjeux. Nous n’aurons pas assez de métaux pour que chaque être humain ait une voiture électrique, fussent-elles alimentées par du nucléaire. Donc soit on accepte de construire un monde inégalitaire où le nucléaire est notre solution et les autres se débrouillent, soit on admet que nucléaire ou pas, le changement est plus profond que de chercher une « solution technologique » à nos problèmes.

Pour celles et ceux que la lecture n’effraie pas, je vous recommande  la lecture de ‘Le Bonheur était pour demain / Les rêveries d’un ingénieur solitaire’ de Philippe Bihouix. Avec ses deux livres précédents, Philippe Bihouix a réussi à remettre sur la table la question de la raréfaction des métaux et questionner la notion de progrès de manière très concrète avec les « Low Tech ». Dans son nouvel ouvrage, il creuse les liens entre promesses technologiques, questions de ‘progrès’, transformation écologique (la vraie, pas celle qui ne se focalise que sur le carbone) et affects collectifs (nos rêves, nos envies, … bref nos utopies).

Référence : Philippe Bihouix, Le bonheur était pour demain : rêveries d’un ingénieur solitaire, éditions Seuil Anthropocène, 2019, 384 pages

Conclusion : Le nucléaire, le climat, … et moi et moi et moi

Le débat sur la transition écologique ne tourne pas autour du nucléaire. J’ai personnellement beaucoup plus d’accord avec des militants du Shift Project (Mouvement de proches de Jean-Marc Jancovici) qu’avec nombre de personnes qui soutiennent aveuglément la « croissance verte ».

Les écologistes doivent dépoussiérer leur argumentaire anti-nucléaire, au risque sinon de passer pour dogmatiques, à côté de la plaque et ringards. Les outils pour renverser les perceptions sont là : face à un enjeu majeur du siècle qui s’ouvre, certains continuent de tout attendre d’une technologie totalement anecdotique au niveau mondial, qui repose sur une forme de néo-colonialisme et sur un modèle (démocratique et énergétique) totalement centralisé. Cette promesse du tout nucléaire, marque surtout le conservatisme de ces défenseurs et leur manque d’imagination, comme si le XXIème siècle allait ressembler à un film de science-fiction des années 80.

Et quitte à faire passer le nucléaire pour ringard et pour un aveu d’égoïsme à la française, finissons par cette chanson, sortie la même décennie que le premier programme nucléaire français. Jacques Dutronc y parle du déni occidental face à la misère du monde, qui profite de son bain et cherche à perdre du poids pendant que d’autres meurent de la famine. C’est aussi un hymne au consumérisme où il oppose la misère humaine au confort matériel. Un peu sexiste mais comme dirait Alice Coffin : quelle création masculine ne l’est pas ?5

Notes

  1. Cet argumentaire est largement basé sur un mail que j’avais envoyé en interne à EELV lors d’un débat sur le sujet. De nombreux autres arguments avaient déjà été amenés par d’autres militants comme le prix de cette énergie ou des doutes sur le fait que le nucléaire mobilise autant les électeurs que dans le passé. Mes arguments venaient alors compléter ces échanges.
  2. Pour bien comprendre ça, le modèle de la « Donut Économie » est très utile, le youtubeur « Stupid Economics » l’explique bien dans une vidéo « DÉCROISSANCE : Un nouveau paradigme ?« 
  3. Pour s’en convaincre, lire l’extraordinaire introduction de Serge Latouche de Anthologie : les précurseurs de la décroissance.
  4. attendez la RE2020, réglementation pour les bâtiments neufs, vous allez être déçus : on risque de remettre des grille-pains comme chauffage pour utiliser notre énergie ‘décarbonée’ au détriment de rénovations vraiment ambitieuses.
  5. Conseil pour chez vous : si vous souhaitez lancer le débat compliqué du nucléaire, n’hésitez pas à ajouter une couche de féminisme pour être sûr que tout le monde ait un avis et que le débat soit le plus confus possible passant d’un sujet à l’autre. ;)

2 réflexions sur « Nucléaire et climat : quelques arguments »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.